Le droit à la déconnexion... ou le phénomène du «blurring»

 

Toutes les illustrations et les images de ce site internet possèdent un copyright ©, merci de ne pas les utiliser.

Julia de Haut, Sophrologie, Sophrologue Ile de France, région parisienne, Seine-Saint-Denis, Seine et Marne, Val de Marne, Paris, Bry sur Marne, Noisy le Grand, Villiers sur Marne, Nogent sur Marne, Fontenay sous Bois, Vincennes, le Perreux sur Marne, Champigny sur Marne, Neuilly sur Marne, le Plessis-Trévise, Ormesson sur Marne, Pontault-Combault, Chennevières sur Marne, Saint Maur des Fossés, Saint-Mandé, Gournay sur Marne, Joinville le Pont, Champs sur marne, Torcy, Noisiel, Lognes, Croissy-Beaubourg, Collégien, Émerainville, la Queue en Brie, Montreuil, Neuilly-Plaisance, Gagny, la Varenne Saint Hilaire, articles, blog, sophrologie, thérapie de couple, coaching, eft

Retour aux articles...Articles.html
Retour aux archives...Archives.html

« L’art d’être sage, c’est l’art de savoir quoi laisser tomber»

William James





La France est le premier pays à avoir intégré le droit à la déconnexion dans le droit du Travail, alors qu’est ce que c’est?


Pourquoi le droit à la déconnexion...


Le travail a changé ces dernières décennies avec de nouvelles formes d’organisations et de management, l'avènement des nouvelles technologies et la tertiairisation des emplois générant une charge mentale importante. Les employés sont hyper-sollicités face à une intensification et une densification du travail dans une économie mondialisée, très concurrentielle où la clientèle est plus exigeante et plus pressée qu’autrefois et ne veut plus attendre. En plus du prix, de la qualité et de la quantité, être réactif et disponible deviennent des critères déterminant pour se démarquer de la concurrence.


Depuis quelques années, les outils numériques favorisent l’hyper-connectivité dans sa vie personnelle comme professionnelle. Les stimulations sont constantes: réseaux sociaux, emails, appels téléphoniques, SMS, messages instantanés... vous rendant ainsi «disponible» et «joignable» n’importe où et n’importe quand. La tension induite par ces outils numériques reste en tête, même lorsqu'ils ne servent pas.


Quelles que soient les raisons: collaborateurs internationaux, dead line, quantité de travail, objectifs à atteindre, télétravail, promotion en vue, pression de l’entreprise... de plus en plus de salariés (particulièrement les cadres, managers, ou entrepreneurs) ne travaillent plus uniquement sur leur lieu de travail mais parfois à la maison, dans les transports (transports en commun, train, avion), sur leur lieu de vacances, en terrasse ou dans la salle d’attente de leur médecin. La plage de travail s'étend également dépassant largement les horaires de travail; en travaillant le soir, le week-end, pendant les jours de congés.


Ainsi il est plus difficile de différencier sa vie professionnelle de sa vie personnelle c’est ce qu’on appelle le «blurring»


Qu’est ce que le blurring?


Le blurring c’est le flou qui s’installe autour des limites vie professionnelle / vie privée.

Quand cette frontière n’est pas clairement définie, ce flou laisse empiéter la vie professionnelle sur la vie personnelle (ou vice-versa mais ce n’est pas sujet ici).

Le travailleur a des difficultés à déconnecter de son univers professionnel ou ne peut plus s’en déconnecter jusqu'à confondre les sphères professionnelles et privées.

La vie privée recule au profit de la vie professionnelle, le cerveau est en fonctionnement continu, il y a des conséquences personnelles et familiales.

Les répercussions du blurring sont nombreuses entrainant notamment la baisse de la qualité du travail et des performances due à une charge mentale trop importante. Cette surcharge mentale provoque de la fatigue psychique, du stress, perturbation du sommeil, prise de médicaments, pouvant parfois entrainer burn out ou brown out.

Mais aussi, la surcharge informationnelle (infobésité ou information overload) entraine un déficit d’attention, un désengagement, de l’anxiété, frustrations, la difficulté à prendre des décisions, et empêche de faire le vide mental, de déconnecter...

La sphère familiale est très impactée: indisponibilité psychique, stress, colère, non participation aux événements familiaux etc... menant parfois à l‘explosion de la cellule familiale.


Blurring, victime consentante?


Il y 3 facteurs qui favorisent la porosité entre la vie professionnelle et personnelle:

  1. la pression professionnelle (demande)

  2. l’hyper-connectivité (moyen matériel)

  3. vous-même


Il est parfois plus confortable et plus efficace pour un employé d’adapter ses horaires de travail à son rythme de productivité. En effet, même si la conception d’une journée traditionnelle est basée sur des horaires stricts, physiologiquement les pics d'énergie et la capacité de concentration varient sur une journée et d’un individu à l’autre. Vous avez certainement déjà entendu «je travaille mieux le matin» « je suis plus efficace le soir» «après manger je n’arrive pas à me concentrer».

Parfois, c’est l’envie de réussir qui pousse à dépasser cette frontière en envoyant par exemple un email à une heure tardive pour montrer/prouver son investissement au travail.

Parfois, c’est une addiction aux «notifications push», aux alertes du téléphone qui créent une décharge d'adrénaline (renforçant l'addiction).

Un toc qui pousse à consulter ses mails professionnels, les actualités de l’entreprise... quand rien n’y oblige (compulsion).

Ou encore une phobie «FOMO» (Fear Of Missing Out) qui se traduit par la peur de manquer une nouvelle importante ou une occasion d’interagir socialement.


C’est aussi une typologie de personnes plus sensibles au blurring, ainsi les personnalités exigeantes, celles qui ont du mal à poser des limites, à dire non, les personnes qui manquent de confiance en elles, celles qui ont peur d’être prise en défaut sont souvent victimes de ce débordement de la sphère professionnelle sur la sphère privée.



Le droit à la déconnexion, comment faire: 


Le droit à la déconnexion à pour objectif de permettre aux salariés de concilier vie privée et vie professionnelle tout en luttant contre les risques psychosociaux.


De plus en plus d’employeurs constatent qu’il est important d’équilibrer la vie personnelle et professionnelle de leurs employés en favorisant le droit à la déconnexion pour protéger la santé de leurs employés et préserver l’efficience.

Ainsi, le droit à la déconnexion prescrit la mise en place de dispositifs de régulation de l’utilisation des outils numériques, comme le droit de ne pas être joignable ou de ne pas réaliser un travail en dehors des heures de travail.


Comment y participer?


Eteindre son portable professionnel ainsi que son ordinateur professionnel en dehors des heures de travail (y compris le week-end et les vacances).

Supprimer les notifications de son smartphone à minima le soir et le week-end.

Ne pas consulter ses mails durant ses soirées, ses week-end ou ses vacances.

Ce temps de repos est nécessaire pour la récupération psychique et en bonus vous serez bien plus efficace le lendemain.

Profiter du temps de trajet entre le domicile et le travail pour créer un sas de décompression (en écoutant de la musique, en lisant un livre, en triant les informations de la journée, en faisant une «to do list» pour le lendemain...)

Poser des limites à sa vie professionnelle et étayer sa vie personnelle en pratiquant des activités de loisirs, en partageant des moments en famille ou entre amis, en prenant soin de votre bien être et de votre santé.. favorise l'équilibre entre votre sphère privée et votre sphère professionnelle.


Alors comment savoir si je me préserve?


En observant votre pratique...


Êtes vous esclaves de votre téléphone ou de vos emails?

Posez vous des limites d’horaire, de missions ou dans vos jours de congés?

Etes vous disponible ou à disposition?

Vous sentez vous dans l’obligation de répondre aux sollicitations de votre employeur en dehors de vos horaires de travail?

Vous sentez vous coupable si vous avez manqué un appel ou pas répondu dans la minute à un email?

Pouvez vous passer vos journées de congés sans penser au travail?

Vous sentez vous en accord avec vous même, aligné avec vos idées quand vous travaillez en dehors de vos horaires de travail ou vous sentez vous contraint et forcé de dépasser, déborder sur votre vie personnelle?

Avez vous des activités personnelles en dehors du travail?

Quand vous consultez régulièrement vos messages/emails/actualités professionnels est ce mu par une demande express de votre employeur ou est-ce devenu un réflexe de votre doigt ou est-ce un besoin impérieux?


Un peu de nuance tout de même...


Il est parfois difficile, voire impossible compte tenu de certains enjeux, d’étancher parfaitement la frontière vie professionnelle / vie privée. Certains postes (astreinte, missions exceptionnelles, urgence technique, dead line importante...) ainsi que le confort parfois d’adapter ses horaires de travail à un rythme physiologique ou familial (après que les enfants soient couchés ou avant qu’ils soient levés...) ne permettent pas une frontière franche. Les outils numériques peuvent être également une source de souplesse professionnelle confortable.


La souplesse et l'adaptabilité sont des atouts pour une vie harmonieuse.

La bonne pratique, c’est à vous de la définir. C’est celle qui correspond à vos attentes et besoins. Elle consiste à préserver votre vie personnelle en définissant vos propres limites et s’il y a porosité entre votre sphère professionnelle et privée, cela doit rester ponctuel et surtout en accord avec vous même dans le cadre que vous aurez défini.


Il est cependant important de noter que pour être efficace, votre cerveau à besoin de repos, non seulement de sommeil mais aussi de moment sans charge mentale.

C’est le droit à la déconnexion.



Et la sophrologie dans tout ça


Les séances de sophrologie offrent un temps pour vous, pour vider votre charge mentale, faire le vide, recharger les batteries. Durant les phases de relaxation, le cerveau est au repos, c’est une phase de récupération.

La sophrologie est également un atout formidable pour vous recentrer, redéfinir vos priorités, déculpabiliser, vous affirmer, savoir dire non. Les exercices de respirations et de relâchement musculaire vous aiderons également à libérer les tensions, évacuer la pression, le stress qui peuvent découler de votre travail. C’est apprendre à créer un sas de décompression, à cloisonner l'environnent professionnel et privé pour ne pas se laisser envahir mentalement.


La sophrologie est aussi un outil thérapeutique complet pour sortir du burn out ou du brown out.

Droit à la déconnection, brown out, burn out, bore out, infobéisté, overload, télétravail, confinement, harcèlement au travail, sophrologie, blurring